ferme aux papillons
groupes et scolaires
notre region
horaires et tarifs
plan d'acces
le cycle du papillon
MAJ 08/02/2016

Le cycle
Ce shéma représente le cycle de vie des lépidoptères. Vous trouverez plus bas quelques explications, les différents stades sont décrits. Nous commençons par l'accouplement, puis, la ponte, la chenille, la chrysalide,

L'ACCOUPLEMENT

Chez les papillons, il y a des mâles et des femelles. L'accouplement est une priorité pour eux, ainsi, ils perpétuent leur espèce.

En général, chez les papillons de nuit, la femelle attend le mâle pour l'accouplement. Elle émet, pour cela, un "message parfumé" appelé: phéromones. Le mâle, doté de puissants détecteurs d'odeur, les antennes, retrouve sa compagne jusqu'à plusieurs kilomètres.
Antennes d'un papillon de nuit.Elles sont en forme de plume.
La performance des antennes chez les papillons de jour est moindre. C'est alors que les yeux prennent le relais.Vous pourrez observer dans la nature des papillons voletant avec insistance autour de ceux qui leur ressemblent. Lors des vols ou attouchements, la femelle et le mâle continuent à "envoyer" des phéromones.
Antennes d'un papillon de jour. Elles sont fines se terminant par une sorte de massue ou marteau.

Accouplement de Papilio rumanzovia (asie du sud-est)

Le mâle poursuit la femelle qui, une fois séduite, se pose et lui présente son abdomen. Le mâle, à l'aide de "pinces" situées en bout de son abdomen, vient s'accrocher à l'arrière de celui de la femelle et remplit la spermathèque de celle-ci. L'accouplement dure de quelques minutes à plusieurs heures. La femelle en cas de necessité peut s'envoler en portant le mâle.

Accouplement de Heliconius sara (Amérique tropicale)

Rares dans la nature, les hybridations sont possibles.Ici 2 espèces sud américaines. Heliconius melpomene femelle (en haut) Tithoria harmonia mâle (en bas). Photographiés dans notre volière en 2002.

Papilio memnon (asie). Exemple de dimorphisme (le mâle et la femelle sont différents).

Retour cycle

LA PONTE, L'OEUF

La femelle, après l'accouplement, partira à la recherche des plantes, ou parfois même, la seule plante qui nourrit son espèce. Il faudra qu'elle choisisse parmi des centaines, et, pour cela, elle voletera de feuilles en feuilles en tapotant avec ses pattes antérieures pour l'identifier. (On dit que les papillons sont inféodés à une plante).Seulement après, elle y déposera ses oeufs. Une fois pondus, les oeufs sont abandonnés.

La femelle Caligo dépose ses oeufs sous une feuille de bananier.

Lors de la ponte, l'oeuf descend par le canal de ponte (dans l'adomen de la femelle). La femelle libère un peu de liquide contenu dans sa spermathèque et féconde ainsi l'oeuf qu'elle expulse enduit de "colle". Elle le dépose seul ou en grand nombre serrés, sous ou sur le feuillage suivant les espèces.

On distingue plusieurs formes d'oeufs. En général, les oeufs ont la même forme suivant les familles de papillons. Ils sont minuscules souvent verts ou jaunes.

Ci-dessus, développement des oeufs d'un Morpho peleides.

Retour cycle

LA CHENILLE

Le stade larvaire a pour fonction d'emmagasiner les nutriments et l'énergie nécessaires à la transformation en papillon.

5 à 20 jours après la ponte, la petite chenille découpe l'oeuf (appelé aussi Chorion) à l'aide de ses mandibules, puis elle le dévore, c'est là son 1er repas. Ensuite elle va devoir s'organiser pour se nourrir et éviter de devenir elle même le repas d'un prédateur. D'abord il faut rester sur la plante; elle tisse un petit fil de soie pour s'y accrocher.

La chenille s'attaque trés rapidement à la végétation et passe la plupart de son temps à manger. Elle grossit vite et devient jusqu'à 1000 fois plus grosse qu'à la naissance. Mais sa peau n'est pas extensible à l'infini, la chenille remplit trés vite l'épiderme qui se distend et devient trop étroit. Sous ce dernier se forme un nouvel épiderme plus grand. L'ancienne peau durcit et la chenille en sort: on appelle cela la mue. 4 à 5 mues seront nécessaires avant la fin de sa croissance. La chenille s'arrête de manger 1 jour avant la mue et recommence dès que sa nouvelle peau est complètement formée.

Chenille d'Attacus atlas

3 paires de vraies pattes (se terminant par une griffe unique), situées chacune sur les 3 premiers anneaux, composent le thorax. Elle possède aussi 5 paires de fausses pattes sur les 3èm à 6 èm et dernier des 10 anneaux qui compose son abdomen. Ces dernières sont utilisées comme des ventouses pour s'accrocher et se déplacer solidement sur les feuilles ou branches.

Chenille d'Attacus atlas

Chenille de Pachliopta kotzebua

Les chenilles sont des proies faciles pour les prédateurs, c'est pourquoi la nature les a dotées de différents systhèmes de défenses. Certaines ont des piquants sur le dos, d'autres ont des formes et des couleurs les rendant pratiquement invisibles sur le feuillage (mimétisme), certaines dégagent des odeurs nauséabondes, d'autres encore ressemblent à s'y méprendre à une crotte d'oiseau.

Chenille de Papilio Iowi

Chenille de papilionidé au repos. Effrayée, la chenille sort du dessus de sa tête 2 petites cornes rouges nauséabondes. Ici chenilles d'Euryphanis polyxena sur feuille de bambou. Exemple de mimétisme.
Chenille de Danaus plexippus.

Vidéo chenilles

Retour cycle

LA CHRYSALIDE

Stade de la nymphose permet à la chenille de se métamorphoser en papillon.

A la fin du stade larvaire (de 15 à 30 jours après sa naissance), la chenille cesse de s’alimenter. Habituée à faire des petites crottes noires et sèches, elle est soudain prise de diarrhée. Elle se vide littéralement, cette colique est une phase de nettoyage obligatoire avant sa transformation.

Ensuite, elle quitte le plus souvent sa plante nourricière et se déplace rapidement afin de trouver l’endroit idéal pour la nymphose. Cette quête peut durer jusqu’à 48h.

Certaines s’enterrent, d’autres font la chrysalide à même le sol, souvent elles restent dans la végétation.

Pour la plupart des papillons de jour, elle trouve refuge sous une branche ou une feuille. Elle commence par tisser un petit coussin de soie où elle s’accroche solidement la tête en bas. Quelques temps après, elle est prise de spasmes et se tortille dans tous les sens, elle vit sa dernière mue et se transforme directement en chrysalide.

Chrysalide de Caligo sur le point d'éclore.

Immobiles et sans défense, les chrysalides sont vulnérables. Afin de se protéger, elles ont des couleurs et des formes les rendant pratiquement invisibles dans le milieu naturel. Elles ressemblent souvent à des feuilles ou des branches.

Chrysalide d'Euploea modesta, sa couleur métallique fait fuir les prédateurs.

Les chrysalides restent sous cette forme d'une semaine à plusieurs mois, elle ne se nourrissent pas, respirent à peine, et ne peuvent quitter leur attache.

2 ou 3 jours avant l’éclosion, la chrysalide change de couleur et, par transparence on peut déjà voir les ailes. Le jour de la naissance arrive, le papillon soulève avec ses pattes un petit couvercle prévu à cet effet. En quelques secondes, il glisse la tête en bas hors de cet étui et se retourne complètement pour s’accrocher sur la peau vide de la chrysalide. Là, il déploiera ses ailes et les fera sécher plusieurs heures avant de s’envoler.

La plupart des papillons de nuit tissent un cocon de fil de soie avant de faire leur chrysalide à l'intérieur de ce dernier. Le cocon sera une protection supplémentaire contre les intempéries et les prédateurs.

Ici chenille d'Attacus atlas (asie), elle choisit une feuille comme support et tisse son cocon. Avant, connaissant bien la nature, elle a pris soin de tisser un lien solide au niveau de l'attache de la feuille sur la branche.

Retour cycle